Passer du “pourquoi” limitant au “comment” transformateur

Quand on aborde une situation que l’on souhaite transformer, la première question que l’on se pose généralement est « pourquoi est-ce que cela arrive ? ». Ce besoin de comprendre est naturel, mais souvent il nous limite, parce qu’il nous maintient dans un état de victime de notre passé, de notre présent ou de notre futur. On cherche (inconsciemment) à abdiquer notre responsabilité et à trouver une raison à ce qui nous arrive.

Certes, la prise de conscience et la libération énergétique de la racine d’une problématique représentent souvent deux étapes nécessaires à la transformation, et nous évitent d’attirer à nous des situations similaires, encore et encore.

Mais ce n’est pas suffisant. Dans le présent, c’est à nous de (re)prendre la responsabilité de ce que nous avons et de ce que nous allons créer, et par conséquent de sortir du « pourquoi » limitant pour passer au « comment » transformateur.

COMMENT est-ce que je peux faire évoluer cette situation ? Comment est-ce que je peux créer un résultat différent ? Comment est-ce que je peux revenir à ma puissance de co-créatrice, maintenant ?

Il ne s’agit donc pas de nier le besoin, et souvent l’importance, de comprendre ce qui « nous arrive » (ou plutôt ce que nous avons contribué à créer), mais de ne pas s’enfermer dans ce réflexe.

Qu’est-ce qui changerait pour vous si la première question que vous vous posiez quand vous les choses ne vont pas comme vous voulez, c’était « Comment est-ce que je peux transformer la situation ? ».

Prenez le temps de ressentir ce qu’il se passe en vous quand vous vous placez dans cette question du COMMENT. Sentez l’expansion qui s’invite et la fluidité qui revient, prenez conscience des nouvelles – infinies – possibilités qui existent à cet instant précis…

Essayez pendant quelques jours, et observez ce qui change lorsque vous passez du pourquoi au comment puis-je… ?

Licence Creative Commons
Ce texte de Mélanie Sylla est protégé par le droit d’auteur. Si vous souhaitez le partager, merci d’en respecter l’intégralité, de citer la source et d’ajouter un lien vers la présente page, qui contient l’original.
Partagez
0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *