Présence à soi

L’évolution passe par la présence à soi. Par l’acceptation des différentes parts de nous – autant celles dont nous sommes « fières » que celles dont nous avons honte ou que nous préférons cacher. Et celles dont ne sommes pas conscientes, d’où l’importance d’aller à la rencontre de soi, à la redécouverte de nos parties enfouies, oubliées, enterrées.

L’inconfort fait souvent partie du voyage. Le moment de la prise de conscience, du face à face. Pourquoi tenons-nous tant à l’éviter ? C’est une question à laquelle je suis ramenée encore et encore ces derniers temps. Cette tendance à vouloir changer immédiatement tout ce qui est perçu comme désagréable. Ou à vouloir « sauver » les autres (et soi-même) de ce qui fait mal.

Nous vivons dans une société où la satisfaction immédiate a pris énormément de place. C’est devenu la norme. Envie de quelque chose ? Facile, on commande sur Internet ou on va au magasin. Envie de ne pas penser et de se laisser divertir ? On va sur YouTube ou on allume la télé. Les distractions sont partout et il est bien plus facile de se laisser entraîner que de revenir à soi et de questionner, d’accueillir avec curiosité les émotions et les parties de soi qui demandent de l’attention.

Comment les reconnaître ? Ce sont les parties qui sont titillées par la réaction d’un proche ou d’un inconnu et qui nous amènent vers le jugement, la colère ou la peur… Ce sont les émotions que nous avalons avec une plaque de chocolat ou un morceau de fromage… C’est la seconde nature que nous avons développée qui nous pousse à vouloir changer les idées à une personne qui souffre, au lieu d’être simplement là pour elle (cette personne pouvant être nous-même !).

La première étape est donc la prise de conscience. La seconde, c’est de ralentir, de prendre note de ce qui a causé notre réaction et d’aller voir ce qui se passe réellement à l’intérieur de soi-même. S’asseoir avec la partie qui est en ré-action, l’approcher avec un œil neuf et bienveillant, comprendre d’où elle vient et ce qu’elle nous a appris. Puis, seulement, libérer et transformer ce qui nous retient d’agir plus en conscience la prochaine fois.

Que ce soit pour le travail de mise en présence ou celui de transformation, il est important d’avoir accès à toutes les dimensions de notre âme afin de pouvoir accéder à la source de notre ré-action et d’être dans une dimension d’Amour. C’est la raison pour laquelle le processus est bien plus profond, rapide et puissant lorsque nous faisons ce travail dans nos Annales Akashiques, dans une énergie élevée propice à la reprogrammation de notre inconscient.

En plus, c’est un outil auquel nous avons accès en permanence et que nous pouvons utiliser pratiquement n’importe où. Si vous êtes prête à inviter la présence et la fluidité dans votre vie, je vous invite à vous faire le cadeau d’une expérience transformatrice en apprenant à utiliser vos Annales, ou Mémoires, Akashiques pour poursuivre votre chemin d’évolution. La prochaine session commence bientôt. Toutes les informations sont ici.

À votre Lumière,
Mélanie

Licence Creative Commons
Ce texte de Mélanie Sylla est protégé par le droit d’auteur. Si vous souhaitez le partager, merci d’en respecter l’intégralité, de citer la source et d’ajouter un lien vers la présente page, qui contient l’original.
Partagez
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *